Skip to main content

Mieux gérer son temps

Avoir l’impression en fin de journée de ne pas avoir fait ce que l’on avait à faire….

Les personnes qui ne gèrent pas de manière « productive » (entendons par là qui ne parviennent pas à faire ce qui était sur leur liste de tâches de la journée) ont l’impression de moins contrôler leur vie et sont donc plus sujettes au stress chronique.

Vous faites partie de ces personnes?

Cela peut changer!

Voici une approche en 3 phases pour améliorer la situation:

Observer…. analyser….. modifier…….

Observer tout d’abord.

A l’aide du formulaire au format pdf que vous pouvez télécharger tout en bas de cet article, vous allez tout d’abord noter TOUTES vos activités de la journée de demain, de l’heure de votre réveil à l’heure de votre coucher. Notez bien le temps utilisé à vous préparer le matin, le petit déjeuner, le trajet, les moments de travail intense, le temps passé à la maison à travailler, les réunions, téléphones et autres, mais aussi les petites pauses de la journée,…..en bref absolument tout.

Analyser ensuite:

A l’aide d’un surligneur ou d’un stylo vous allez maintenant traquer tous les moments que vous n’avez pas utilisés de manière productive. Vous allez déterminer vos 5 principaux « gaspilleurs » de temps en étant tout à fait honnête avec vous-même, le temps passé sur les réseaux sociaux, un jeu sur le téléphone, les temps de rêverie, les minutes de discussion devant les ascenseurs par exemple. Vous allez particulièrement mettre l’accent sur les gaspilleurs sur le lieu de travail ou pendant le temps théorique de travail.

Terminez en totalisant le temps utilisé par ces 5 principaux gaspilleurs de temps.

Vient le temps de modifier certaines habitudes

Pour commencer utilisez un outil qui a fait ses preuves: une « liste de tâches » à faire ou « to do list », mais attention, vous allez limiter le nombre de ces tâches à 5 que vous allez inscrire par ordre de priorité sur votre formulaire.

Essayez aussi de ranger afin de retrouver plus aisément les choses dont vous avez besoin quand vous en avez besoin (peut-être la recherche d’objet faisait-elle partie de vos gaspilleurs personnels).

Une chose à la fois, l’être humain n’est pas à proprement parlé conçu pour être multi-tâche. Bloquez donc un temps donné pour chaque tâche sur votre planning de la journée, avec un début et une fin donnés (plusieurs si vous devez effectuer la tâche en plusieurs fois).

Respectez votre planning le plus précisément possible et mettez cela en place sur une semaine pour commencer.

A la fin de la semaine, faites le point pour voir tout d’abord vos progrès et vous en féliciter et vous préparer à ajuster certains points pour la semaine suivante…….

Pour démarrer, téléchargez ce fichier au format pdf et à vous de jouer

Fiche d’aide à la Gestion du temps

 

La rentabilité du bien-être en entreprise

La rentabilité du bien-être en entreprise

Pour revenir sur ce sujet toujours d’actualités, revenons à ce qui était dit il y a quelques années déjà…

Titre audacieux pour le Grand Format du JT de France 2 le 14 avril 2013.

Rentable, le bien-être au travail? Dans ce reportage d’Isabelle Sabourault, tout semblait le démontrer.

Si le sentiment que l’”être bien” au travail comptait pour beaucoup dans la manière de s’impliquer dans son job était globalement partagé, ce reportage amène quelques retours d’expérience et quelques chiffres qui viennent étayer concrètement ce ressenti.

De la salle de sport sur site aux séances de relaxation ou de sophrologie en passant par des locaux aménagés dans le souci du confort de ses occupants, de nombreuses solutions sont mises en place. Certaines entreprises ont adopté une “Charte visant à préserver la vie privée”  qui évite les réunions en fin de journée ou à l’heure des pauses déjeuner, les mails envoyés le soir très tard ou le week end par exemple.

Le Capital Humain au centre de la productivité et de la rentabilité

Theodor W Schultz le mentionnait dès 1961, repris en cela par Gary Becker, le Capital Humain est un facteur central de la rentabilité d’une entreprise. Tout investissement dans ce capital assure des retours à l’entreprise. Il suffit pour s’en convaincre de consulter la liste des entreprises arrivant en tête des “Trophées du Capital Humain”, des “Great Place to Work” ou autres “Top employers”. Ce capital humain, nécessite des investissements tant en formation, qu’en actions plus ciblées sur la convivialité ou le bien vivre ensemble. La société Deloitte investit dans ce capital 7% de son chiffre d’affaire. Cet investissement s’inscrit dans une vision à moyen et long terme du développement de l’entreprise. Le Vivre Ensemble est un facteur clé de la pérennité d’une entreprise même si il va à l’encontre d’une vision à court terme de la rentabilité.

Les chiffres cités par le reportage

L’évolution de l’absentéisme de courte durée est généralement considéré comme un reflet de la motivation des salariés, une baisse de 0,35 points de cet indicateur a été constatée chez SGS après la mise en place de pratiques managériales prenant en compte le bonheur au travail. Le turn over a quant à lui baissé de 2% dans le même temps.

Ce souci du bien-être des collaborateurs dans leur entreprise est présent, toujours selon ce reportage, dans 17% des départements des ressources humaines en France, contre 42% dans le reste du monde occidental.

Pour finir sur une touche positive, 74% des salariés se disaient satisfaits de leurs conditions de travail en France en 2012 et aujourd’hui qu’en est-il…..

 

Dirigeants, porteurs de projets, comment gérer votre stress?

Les journées ne font que 24 heures… même les vôtres!

Que vous soyez dirigeant d’entreprise, membre des équipes managériales, leader d’équipe ou porteur de projet, vos journées sont émaillées de rendez-vous, contraintes, enjeux et autres défis qu’il vous faut gérer au quotidien et ce n’est pas toujours facile…

Et parfois le stress devient difficilement gérable!

Pour en parler, trouver des pistes et des solutions, accordez-vous 1h30 pour participer à cet atelier dédié à vos problématiques sur le sujet:

Le mardi 3 avril de 9h à 11h30 dans les locaux de l’Openspot94 a eu lieu le premier atelier!

PROCHAINE CESSION LE 13 NOVEMBRE 2018 A VOS AGENDAS!

L’Openspot94, CCI du Val de Marne

Des échanges, quelques explications, des approches techniques vous permettant de gérer les tensions dans votre quotidien.

La mise à disposition d’un espace dédié vous permettra par la suite d’accéder à des ressources en ligne pour pérenniser les effets de l’atelier.

Cet atelier vous est offert, il est cependant nécessaire de s’inscrire grâce au formulaire que vous trouverez ci-dessous (en attente du nouveau formulaire)

 

Que faire de votre stress? L’apprivoiser bien-sûr!

Et oui, pourquoi « apprivoiser » pourquoi ne pas éliminer, se débarrasser ou plus facilement utilisé gérer…. voilà la fameuse gestion du stress!

Apprivoiser car nous ne connaissons pas véritablement notre stress, nos réactions, les facteurs déclenchants. Oh bien sûr nous avons quelques idées, certains éléments vont nous faire réagir à coup sûr mais pourquoi?

Apprivoiser aussi car les réactions physiologiques du stress ont du bon; qui n’est pas parvenu sous le coup du stress à éviter un accident? à rattraper quelque chose? à agir de manière juste sans réfléchir? à avoir plus de force, de rapidité, de précision?

En apprenant à mieux connaître nos réactions, nous pourrons mieux en tirer parti, mieux limiter les réactions excessives, savoir laisser retomber la tension quand elle est inutile, mais tout cela ne pourra se faire que si notre vision change sur ce « fléau » unanimement décrié qu’est le stress.

Prenons un peu de recul, et de hauteur, à cette condition seulement nous pourrons trouver des solutions pour mieux vivre notre stress, en l’utilisant parfois, en le mettant de côté quand il le faut, en le domptant souvent, bref en l’apprivoisant……

Faites un tour sur le site, les articles, les pages

[wysija_form id= »2″]

Et si on essayait l’optimisme? Au printemps de l’optimisme bien sûr!

Cette année encore au Palais d’Iéna à Paris aura lieu le Printemps de l’Optimisme les 17 et 18 mars

Essayons l’optimisme pour faire bouger les lignes et construire!

Sur l’Espace Vitalité un programme d’animations auxquelles vous pourrez vous inscrire sur place vous attend, proposé par Culture & Compagnie

Vendredi 17 mars :  
11h Initiation à la Méditation
12h30 Sophrologie ludique
14h30 Yoga du rire
16h Danse ta vie !
17h30 Yoga du rire
Samedi 18 mars :
11h  Qi Gong
12h30  Yoga du rire
14h30 Qi Gong
15h30 Yoga du rire
16h30 Danse ta vie !

Ces animations dureront une 30aine de minutes et sont conçues pour que vous puissiez y participer en tenue de ville… Venez comme vous êtes!

Vous pourrez aussi découvrir sur le Pop-Up Store positif CultureetcieTV.com : une chaîne positive sur l’art de vivre « où je veux quand je veux »

Pour découvrir cette Web Tv au  concept innovant vous seront proposés sur le site:

Vendredi 17 mars  
12h Massage et automassage : Un teint plus lumineux (8min)
14h Tai-Chi : Stimuler sa mémoire (11min)
15h30 Qi Gong : Prendre l’énergie pour réveiller son corps (7min)
17h Tai-Chi : Equilibre et appuis (9min)
Samedi 18 mars  
12h Massage et automassage : Un teint plus lumineux
14h Tai-Chi : Equilibre et appuis
15h15 Tai-Chi : Stimuler sa mémoire
17h  Qi Gong : Prendre l’énergie pour réveiller son corps

Pour profiter du printemps et des activités obtenez votre entrée (gratuite) sur le site

Printemps de l’optimisme

Une autre manière de voir l’économie

Une autre manière de voir l’économie

« Paix économique », pleine conscience : une autre vision de l’entreprise

Dominique Steiler, Grenoble École de Management (GEM)

Parler de paix n’est pas toujours facile. Parler de paix économique demande encore plus d’engagement, tant le monde des affaires s’est construit sur un idéal qui résiste à l’idée d’une économie pacifiée. Pacifiée ne veut pas dire inconsciente des difficultés, mais qui les affronte avec ouverture et discernement afin d’en en faire une porte d’entrée vers le débat et la création de solutions adaptées.

La paix économique, plus qu’un concept, est un contrepoint à la notion de guerre économique. Elle représente un mot d’ordre, une forme d’indignation dont l’objet serait de mettre en mouvement les énergies citoyennes vers le bien commun.

Un contrepoint à la vision guerrière

La guerre offre toujours au militaire l’horizon d’une paix possible qui rend son engagement compatible avec l’espoir d’un temps meilleur et l’envie de contribuer au bien commun. La guerre économique ne crée pas cette perspective. Elle n’offre aucun avenir et n’a pour horizon qu’elle-même, justifiant ainsi un état de violence institutionnel permanent. Cette guerre attise son propre feu par les menaces et les peurs qu’elle engendre – perte d’emploi, délocalisation, chômage…

Enracinée dans la vision présocratique de Polemos, incarnation divine de la guerre, elle pose comme naturelles et légitimes, les conditions d’un conflit nécessaire et père de toute chose. Elle ne laisse alors qu’une seule orientation possible, celle de se comporter comme une société de mercenaires qui proposent leurs services au plus offrant, ne voyant dans les crises que de plus grands bénéfices.

L’intention première de la paix économique serait donc d’inventer un horizon qui redonne du sens et qui, par le partage et la mise au service, réintroduit de l’émerveillement et de la beauté dans la vie quotidienne. Si la guerre réelle laisse entrevoir un espoir, celui d’un temps de paix à venir, la paix économique propose d’ouvrir une espérance, une orientation de l’être qui ne promet rien, mais qui incline davantage à y contribuer.

Ingénieurs d’Intel en méditation (2013).
Intel Free Press/Flickr, CC BY-SA

Une approche managériale plutôt qu’économique

Par la paix économique, nous ne parlons pas à proprement dit d’économie. Nous évoquons plutôt un pendant à la notion de guerre économique qui relève plus du management que de l’économie. Nous tentons ainsi de voir en quoi les acteurs de l’économie peuvent devenir des vecteurs de paix pour contribuer à la paix sociale et au mieux vivre ensemble en rendant les entreprises performantes et durables.

L’épanouissement social et humain est autant le cœur que la finalité de toutes les activités sociales, politiques et économiques. Les énergies nécessaires à l’activité humaine en constante évolution, parfois opposées les unes aux autres, peuvent conduire autant à des merveilles qu’à des situations blessantes ou dangereuses. Il est du devoir collectif d’y remédier et de trouver des axes de rééquilibration afin que cesse la violence et que reprenne place l’épanouissement. Pour notre part, c’est dans l’espace économique que nous avons décidé de nous impliquer.

Si les êtres humains se sont un jour rassemblés pour mettre en commun leur force de travail, c’était avant tout pour tendre vers un mieux vivre ensemble et leur permettre de prendre soin les uns des autres y compris dans un environnement de tension ou de compétition. Nous croyons que l’entreprise et les organisations d’aujourd’hui conservent ce but : contribuer par l’économie à renforcer le tissu social de manière durable, pacifique et respectueuse des femmes, des hommes et de l’environnement. Dans notre vision, les richesses créées ne sont pas une fin en soi. Elles participent aux moyens qui permettront d’atteindre ce but au profit de la société d’aujourd’hui et de demain.

« Mindfulness meditation » chez Intel (2015) dans le programme de formation à la pleine conscience Awake@Intel.
Intel Free Press/Flickr, CC BY-SA

Deux voies vers la paix économique

Nous ne sommes qu’au début de la construction de l’idée de paix économique. Donner une définition à cette étape n’est donc pas simple. Voici pourtant deux voies pour appréhender la démarche.

« La paix économique serait une orientation pour laquelle une entreprise, un manager, un collaborateur, en préservant les grandes valeurs humaines, créent de la richesse au profit du bien commun et de l’épanouissement de l’ensemble des parties prenantes, dont ils font partie, dans le cadre plus vaste de leur responsabilité sociale et humaine. »

Cette approche positive nous convient bien. Elle contient cependant le défaut de prêter immédiatement le flanc à la critique, tant chaque mot utilisé peut être interprété de plusieurs manières. Il est aussi possible de présenter la paix économique, non pas négativement, mais « par la négative », à la manière apophatique, pour éviter que l’idée que l’on s’en fait ne soit immédiatement mise en cause dans son inadéquation à délimiter un système complexe, encore loin d’avoir été suffisamment étudié. Elle ressemblerait alors à ceci :

« La paix économique est une orientation pour laquelle une entreprise crée de la valeur sans détruire ses concurrents, manipuler ses clients, exploiter ses fournisseurs, exercer une quelconque violence vis-à-vis de ses collaborateurs et ignorer ses responsabilités sociétales, autrement dit, sans nuire à ses parties prenantes. »

Ainsi, elle se présente en trois étapes :

La paix comme intention représente le premier pas. La plupart des entreprises ont défini les valeurs clés sur lesquelles elles voulaient se positionner. Malheureusement, elles ont du mal à les mettre en action ce qui provoque souvent leur perte. Ces valeurs ont pourtant rôle de boussole, de cap à tenir. Très fragiles et évanescentes, elles sont néanmoins fondamentales pour ne pas perdre sa route et risquer de se retrouver dans une posture où nos valeurs ne semblent vraies qu’en dehors du travail.

La paix comme chemin se caractérise par les nouvelles voies que créent les acteurs pour réinventer des modalités de fonctionnement qui permettent de maintenir le cap des valeurs choisies. Il est possible ainsi de décider de l’autonomie des collaborateurs ou du soutien apporté à ses fournisseurs. Il ne s’agit pas ici d’une vision purement stratégique pour un retour sur investissement, mais de la conviction que de l’épanouissement conjoint des parties prenantes naîtra un réseau plus résilient et une performance partagée.

La paix comme fondation est un changement de paradigme. Il ne s’agit plus de voir la paix comme un état lointain, qui contient ontologiquement les racines de son propre échec, mais comme le simple engagement personnel et journalier de clarifier ses intentions puis de pacifier son corps, ses émotions, ses pensées avant d’entreprendre une nouvelle action, décision ou relation. Par ce comportement est donnée plus de chance à la paix d’exister non comme une récompense attendue, mais comme une composante possible de la vie. C’est ici qu’interviennent la pleine conscience et sa capacité à mettre chacun en pleine responsabilité face aux situations vécues.

Dominique Steiler, Titualire de la chaire Mindfulness, Bien-être au travail et paix économique, Grenoble École de Management (GEM)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

3 astuces infaillibles pour rester zen au travail! #StressTips

Utilisez ce que vous avez sous la main…

La respiration et quelques minutes (3 suffiront) pour devenir et rester plus zen et garder votre énergie pour les choses qui en valent la peine.

Je vous propose d’essayer ces 3 astuces dès aujourd’hui pour garder plus de calme, de recul et de dynamisme dans vos journées de travail.

1.Terminez votre pause déjeuner par 3 minutes de « respiration concentrative », ou méditation sur la respiration

Qu’est-ce que la « respiration concentrative »? Une respiration qui vous permettra de vous concentrer agréablement sur ce mouvement respiratoire, de laisser vos organes travailler à leur rythme, les aider à le retrouver.

En revenant à votre poste de travail, asseyez-vous en posant bien vos pieds sur le sol, vos mains sur vos jambes, souples, le dos droit et inspirez, expirez en comptant vos respirations.  Comptez 20 respirations au total en cherchant à rester concentré(e) sur la respiration et uniquement sur elle. Ramenez vos pensées sur le comptage.

2. Etirez-vous 3 fois par jour

Au minimum! Si vous ne pouvez pas le faire à votre poste de travail, faites-le aux toilettes devant les lavabos!

Vos pieds bien posés sur le sol, inspirez en montant le bras droit à la verticale en étirant au maximum la partie droite de votre corps des pieds au bout des doigts puis expirez en relâchant. 2 fois du côté droit, 2 fois du côté gauche, 2 fois les 2 bras ensembles.

3. Utilisez les escaliers, marchez

Au moins une fois par jour, privilégiez les escaliers à l’ascenseur si vous êtes en étage ou marchez par exemple en sortant une station plus tôt en métro ou en bus, en vous garant un peu plus loin si vous êtes en voiture, ou en laissant la voiture garée pour un petit trajet à pied.

Essayez d’utiliser ces 3 astuces quotidiennement, en quelques jours ou semaines, elles seront devenues des habitudes.

Essayez et persévérez, les effets en seront meilleurs et dureront…

Vous souhaitez en savoir plus sur le stress? C’est par ici

A vous de jouer!

[wysija_form id= »2″]

Top 5 des astuces motivation: Jour 2

Réussir

Prendre un nouveau départ

La formule vous paraît peut-être trop définitive? Pourtant vous prenez des nouveaux départs en permanence, chaque nouvelle action, chaque nouveau projet est un nouveau départ ou peut l’être.

Très souvent, nous pensons à ces nouveaux départs en début d’année en prenant de « bonnes résolutions » mais n’imaginons pas que la démarche peut être bénéfique au quotidien.

Penser à un projet, ou même à des éléments plus réguliers de notre vie, en faire un point de départ a plusieurs effets intéressants pour notre motivation. En voici quelques exemples:

  • Cela nous permet de laisser de coté les erreurs du passé
  • D’exercer notre esprit de synthèse
  • Cela nous donne de l’énergie
  • Cela nous fait voir les choses en plus grand
  • Et nous pouvons ainsi faire avancer les choses

Vous serez étonné des possibilités et des conséquences de cette manière de voir et de procéder.

Chaque jour est un nouveau jour, aujourd’hui en est un!

Réfléchissez quelques instants à une action, un projet, un travail, une intention et écrivez quelques phrases (le faire mentalement est possible mais écrire est plus efficace) pour décrire:

  1. Le titre du sujet
  2. Ce que vous allez faire de nouveau pour aller vers l’aboutissement à partir de MAINTENANT

Puis, passez à l’action…

Les bénéfices de cette approche ont été mis en évidence dans une étude de la Wharton School of Business (Université de Pennsylvanie) que vous retrouverez en suivant ce lien.

A vous de jouer…

[wysija_form id= »2″)

 

Le top 5 des astuces qui vous assurent une bonne journée

Une journée pleine de motivation et sans stress

Cela se prépare…. et voici comment mettre en place un véritable plan d’action

1. Anticipation positive

Prévoyez dès ce soir une chose agréable pour demain, un objectif attrayant, un rendez-vous que vous attendez…. soyez ouvert

2. Petit déjeuner

Prenez le temps de prendre plaisir à manger ce repas qui va vous apporter ce dont votre corps à besoin après plusieurs heures de jeûne. Mastiquez, changez vos habitudes, faites en un moment de pleine conscience, en laissant de côté les mails, les infos déprimantes pour vous préparer à l’action tel un sportif.

3. Privilégiez l’action

Nous nous sentons mieux quand nous contrôlons nos actions, quand nous ne subissons pas ce qui nous entoure. Les actions n’ont pas besoin d’être grandes, visibles, autoritaires, il suffit de se sentir décisionnaire pour se sentir bien. Ayez pour intention d’agir pour cultiver votre motivation.

4. Faites une chose nouvelle

Mangez quelque chose de différent au petit déjeuner, testez un nouveau chemin pour vous déplacer, changez de restaurant pour votre repas de midi ou choisissez un autre menu, lisez un autre journal……

5. Montrez votre contentement ou votre reconnaissance

Vous vous sentez bien? Souriez. Quelqu’un vous a tenu la porte? Remerciez-le. Vous voyez une affiche ou lisez un article sur un sujet qui intéresse un de vos amis? Appelez-le pour lui en parler, ou envoyez-lui un message. Envoyez un simple merci à quelqu’un. Dites bonjour à des personnes que vous ne connaissez que de vue……

6. Partagez les méthodes qui marchent

Vous avez d’autres méthodes qui fonctionnent? Partagez-les. Vous pouvez pour cela commenter cet article sur le site ou le commenter sur les réseaux sociaux.

Merci!

En savoir plus sur les moyens d’apprivoiser son stress et cultiver sa motivation

[wysija_form id= »2″]

3 étapes pour ne plus procrastiner

Toujours plus haut

#Stresstips

« La procrastination est l’art de continuer à faire vivre hier.”  ~Don Marquis

Avez-vous déjà remarqué comment, quand vous remettez quelque chose à plus tard, votre stress augmente? La procrastination est un excellent moyen de pimenter votre vie de plus de stress! Le sentiment de détente immédiat quand vous décidez de faire quelque chose « plus tard », ajoute en réalité du stress à vos journées (les suivantes en l’occurrence) et c’est exactement ce que vous souhaitez éviter.

C’est un cercle vicieux si on y réfléchit bien. Vous vous sentez stressé, vous procrastinez sur des actions qui doivent être faites pour faire tomber un peu la pression, et en faisant cela vous vous sentez au final plus stressé encore!  Le même schéma se répète jour après jour. Mais le cercle vertueux inverse est vrai aussi… Si vous parvenez à sortir de cette habitude de procrastination, vous allez aussi réduire votre stress.

Voici les 3 étapes à franchir pour « vous y mettre » et vous débarrasser du stress.

1. Comprendre pourquoi

On dit que comprendre fait parcourir la moitié du chemin, alors commençons par là! Demandez-vous pourquoi vous procrastinez.. objectivement! Nous avons tous nos raisons personnelles même si le résultat est le même.

Quand vous ressentez l’envie irrépressible de remettre à plus tard, posez vous ces questions pour découvrir ce qui brise votre élan.

Suis-je d’humeur paresseuse?

Ai-je peur de ne pas réussir?

Ai-je peur de réussir et des changements que cela implique?

Est-ce que je remets cette tâche à plus tard pour m’opposer à quelqu’un?

D’autres raisons?…..

Tous ces motifs à la procrastination vont ajouter des tensions à une situation déjà potentiellement stressante. Connaître le pourquoi de ce comportement peut vous aider à surmonter cette envie (ou ce besoin) de « remettre à plus tard » et soulager vos tensions en même temps.

2. Un programme équilibré

Parfois un programme ou une liste des choses à faire trop chargés sont vécus comme écrasants et entraînent la procrastination. Vous avez tant de choses à faire et ne savez par où commencer…. Quand cela vous arrive, vous pouvez surmonter la difficulté et faire baisser vos tensions dues au stress en mettant au point un programme pour aborder constructivement votre projet (voir par exemple l’article du lundi 29 février)

 3. Une chose à la fois, mais démarrez….

Vous avez peut-être remarqué que vous vous sentez plus stressé juste avant de commencer un projet, une tâche… Cette anticipation inactive laisse la place à la crainte, quelle qu’elle soit et est un des facteurs clé de la procrastination et du stress. Bien souvent, une fois les choses faites, vous vous rendez compte qu’elles n’étaient pas si ardues, longues et pénibles ou en tous les cas que vous êtes contents de les avoir faites.

action contre stressEn sachant que vous allez avancer étape par étape, en faisant une chose à la fois, vous aurez plus de facilité à démarrer, à mettre en œuvre. Comme on se jette à l’eau…. Le premier pas est le plus difficile, en être conscient permet de le faire!

La procrastination fait partie des choses que nous expérimentons tous, un jour ou l’autre, rarement ou souvent et pour des raisons qui nous sont propres. En mettant en place ces 3 étapes simples, vous allez pouvoir affronter cette tendance plus aisément et engranger des expériences de réussites qui vous permettront de ne plus procrastiner….

A vous d’agir…

[wysija_form id= »2″]

 
%d blogueurs aiment cette page :
Apprivoistress StressTips

GRATUIT
VOIR