Skip to main content

Des idées fausses sur la psychologie positive ?

Des idées fausses sur la psychologie positive ?

On parle beaucoup de psychologie positive, et souvent malheureusement, l’amalgame est fait avec des recettes pour positiver….. Merci à Matthieu Ricard d’avoir si bien résumé pour nous !

La psychologie positive ne consiste pas à « positiver »

Paru sur le blog de Matthieu Ricard

Par Matthieu Ricard le 27 novembre 2014

Contrairement à ce qui a souvent été dit et écrit, la psychologie positive ne consiste pas à « positiver » en essayant de voir la pauvreté, la maladie, la violence et autres souffrances sous un jour plaisant. Il s’agit encore moins de la « pensée positive » promue par des ouvrages populaires dénués de tout fondement scientifique, comme Le secret de Rhonda Byrne qui proclame qu’il suffit de souhaiter fortement quelque chose de « positif » pour que cela se produise. Il est clair que l’Univers n’est pas à la disposition de notre psychisme et ne constitue pas un catalogue sur lequel nous pourrions commander tout ce qui est censé satisfaire nos désirs et nos caprices.

La psychologie positive, pour sa part, est un domaine de recherche scientifique qui s’est donné pour but d’étudier et de renforcer les émotions positives, celles qui nous permettent de devenir de meilleurs êtres humains, tout en éprouvant une plus grande joie de vivre.

Jusqu’aux années 1980, très peu de chercheurs s’étaient penchés sur les moyens permettant de développer les traits positifs de notre tempérament. Si l’on consulte le répertoire des livres et articles consacrés à la psychologie depuis 1887 (Psychological Abstracts), on y relève 136 728 titres mentionnant la colère, l’anxiété ou la dépression contre seulement 9 510 titres traitant de la joie, la satisfaction ou le bonheur !

En 1954, le fameux psychologue Abraham Maslow avait déjà fait remarquer que la psychologie avait connu beaucoup plus de succès en étudiant l’aspect négatif de l’esprit humain que son aspect positif : « La psychologie nous a révélé beaucoup sur les défauts de l’homme, ses pathologies et ses péchés, mais fort peu sur ses potentialités, ses vertus, la possibilité d’accomplir ses aspirations, et tout ce qui relève de son élévation psychologique. C’est comme si la psychologie s’était volontairement limitée à une seule moitié de son domaine de compétence — la moitié la plus sombre et la plus pernicieuse. » (1)

En 1969, Norman Bradburn réajusta ce déséquilibre en montrant que les affects plaisants et déplaisants ne représentent pas seulement des contraires, mais procèdent de mécanismes différents et doivent donc être étudiés séparément. Se contenter d’éliminer la tristesse et l’anxiété n’assure pas automatiquement la joie et le bonheur. La suppression d’une douleur ne conduit pas nécessairement au plaisir. Il est donc nécessaire non seulement de remédier aux émotions négatives, mais aussi d’accroître les émotions positives. Cette position rejoint celle du bouddhisme qui affirme, par exemple, que s’abstenir de faire du tort aux autres (l’élimination de la malveillance) ne suffit pas, et que cette abstention doit être renforcée par une détermination à faire leur bien (l’épanouissement de l’altruisme et sa mise en œuvre).

Si l’expression « psychologie positive » avait déjà été utilisée par Maslow et autres auteurs, le premier article théorique qui donna ses lettres de noblesse à ce domaine de recherche s’intitulait : « What good are positive emotions ? » (Qu’est-ce que les émotions positives ont de bon ?) publié par Barbara Fredrickson en 1998 dans la Review of General Psychology.

La même année, un groupe de psychologues s’est réuni sous l’égide de Martin Seligman, alors président de l’Association américaine de psychologie, et de Mihaly Csíkszentmihályi, bien connu notamment pour sa théorie du « flux » (l’expérience gratifiante d’être totalement immergé dans ce que l’on fait, état dans lequel les pensées et les actions s’enchaînent naturellement avec fluidité) pour fonder le Réseau de psychologie positive. Ce groupe s’était donné pour but de coordonner les recherches qui tentent de comprendre et de favoriser les facteurs qui permettent aux individus, aux communautés, et à la société de s’épanouir.

Selon l’un des pionnières de la psychologie positive, Barbara Fredrickson, dont le dernier ouvrage, Love 2.0 , vient d’être traduit en français : « Les émotions positives ouvrent l’esprit et élargissent la palette des pensées et des actions […] Elles engendrent des comportements flexibles, accueillants, créateurs et réceptifs. » (2) Le développement de ce type d’émotions présente un avantage évolutif dans la mesure où il nous aide à élargir notre univers intellectuel et affectif, à nous ouvrir à de nouvelles idées et expériences.

Les émotions positives telles que la joie, le contentement, la gratitude, l’émerveillement, l’enthousiasme, l’inspiration et l’amour sont bien plus qu’une absence d’émotions négatives. Cette dimension supplémentaire ne se réduit pas à une simple neutralité de l’esprit : elle est source de profondes satisfactions. À l’inverse de la dépression, qui provoque généralement une plongée en vrille, les émotions positives engendrent une spirale ascendante : « Elles construisent la force d’âme et influencent la façon de gérer l’adversité, » écrit Fredrickson.

En France, un nombre croissant de chercheurs et de cliniciens s’intéresse à la psychologie positive, comme en témoignent notamment les ouvrages de Jacques Lecomte, Christophe André et Rebecca Shankland. (3)

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

1. Maslow, Abraham (1954) Motivation and Psychology. Le dernier chapitre du livre est intitulé « Toward a Positive Psychology » [Vers une psychologie positive]. p. 354.

2. Fredrickson, B. (2014). Love 2.0: ces micro-moments d’amour qui vont transformer votre vie . Marabout.
et Fredrickson, B. (2002). « Positive emotions », in Handbook of Positive Psychology. Oxford University Press

3. Lecomte, J. (2009). Introduction à la psychologie positive . Dunod.
André, C. (2014). Et n’oublie pas d’être heureux . Odile Jacob.
Shankland, R. (2014). La psychologie positive – 2e éd . Dunod.

Que faire de votre stress? L’apprivoiser bien-sûr!

Et oui, pourquoi « apprivoiser » pourquoi ne pas éliminer, se débarrasser ou plus facilement utilisé gérer…. voilà la fameuse gestion du stress!

Apprivoiser car nous ne connaissons pas véritablement notre stress, nos réactions, les facteurs déclenchants. Oh bien sûr nous avons quelques idées, certains éléments vont nous faire réagir à coup sûr mais pourquoi?

Apprivoiser aussi car les réactions physiologiques du stress ont du bon; qui n’est pas parvenu sous le coup du stress à éviter un accident? à rattraper quelque chose? à agir de manière juste sans réfléchir? à avoir plus de force, de rapidité, de précision?

En apprenant à mieux connaître nos réactions, nous pourrons mieux en tirer parti, mieux limiter les réactions excessives, savoir laisser retomber la tension quand elle est inutile, mais tout cela ne pourra se faire que si notre vision change sur ce « fléau » unanimement décrié qu’est le stress.

Prenons un peu de recul, et de hauteur, à cette condition seulement nous pourrons trouver des solutions pour mieux vivre notre stress, en l’utilisant parfois, en le mettant de côté quand il le faut, en le domptant souvent, bref en l’apprivoisant……

Faites un tour sur le site, les articles, les pages

[wysija_form id= »2″]

Exprimer sa gratitude… pour cultiver son bonheur! #StressTips

Dis merci à la dame

Qui d’entre-nous n’a pas entendu cette phrase dans son enfance? Politesse, respect, savoir vivre? Oui mais pas seulement! Exprimer sa gratitude fait du bien au moral, apaise les stress, nous motive. Dire merci serait donc égoïste aussi! Tant mieux.

Un mot aimable pour remercier ou exprimer un contentement et une satisfaction est une pratique anti-stress simple à mettre en œuvre.

Commencez dès aujourd’hui, tous les jours au moins une fois, oralement mais aussi par téléphone, par mail ou lettre si vous en avez envie. Essayez pendant une semaine, puis faites le point, il y a de fortes chances que vous continuiez…..

Au fait, merci à vous toutes et tous qui suivez le site ou la page Facebook, merci de vos partages….

A vous de jouer

[wysija_form id= »2″]

 

Pour apprivoiser son stress….. mettez-vous à l’art #StressTips

« Passer à l’art », une arme anti stress

Nous sommes tous créatifs, dans un domaine ou un autre, et nous pouvons mettre à profit cette créativité pour améliorer notre vécu des situations de tension, améliorer notre réponse aux évènements stressants de notre vie quotidienne.

Plusieurs études s’intéressent à l’influence de l’art dans notre vie, de la simple contemplation aux ateliers d’art thérapie….En savoir plus

Citation pour un lundi

#StressTips

« Si vous voulez que la vie vous sourie apportez-lui d’abord votre bonne humeur »

Baruch Spinoza

[wysija_form id= »2″]

Le moyen qui vous permet de multiplier les « bons jours » #StressTips

Vous avez de « bons jours » et de « mauvais jours »?

Nous en avons tous bien entendu

Si certains évènements extérieurs font de nos journées des bons ou des mauvais jours, nous avons un certain pouvoir pour influencer notre vécu des jours et les rendre tous un peu, ou bien, meilleurs.

Voici un moyen simple à adapter au long cours pour y parvenir:

Vivre dans « l’ici et maintenant »

Un élément perturbateur le matin ou les jours précédents peut être un facteur de stress, un évènement à venir aussi.

Concentrez-vous sur ce que vous vivez dans le présent, le passé est … terminé et vous ne le modifierez pas et le futur est rempli de possible qui ne sont pas sûrs.

Focalisez-vous sur ce que vous faites et vivez les sensations plus pleinement. Essayez de faire des actes « en conscience », même petits et insignifiants. Vous débouchez un stylo? Sentez sous vos doigts le contact du stylo, son poids, entendez le bruit du bouchon ou du mécanisme, observez le stylo sur la feuille, les lettres tracées….. Tenez-vous droit, bien posé sur vos appuis….

Revenez à l’ici et maintenant plusieurs fois dans la journée en combinant cette conscience de l’instant avec une respiration calme (enregistrement « respiration »).

Plus vous pratiquerez cet exercice, plus il vous sera naturel de vous centrer sur votre action en cours et mieux vous apprivoiserez vos tensions. En savoir plus sur le le thème du stress

A vous de jouer….

[wysija-form id= »2″]

Les meilleurs moyens de passer du projet à la réalisation

Toujours plus haut

Vous avez des projets? des envies? Mais difficile de les réaliser?

Pour passer de l’intention à l’action, pour laisser En savoir plus

Top 5 des astuces motivation…n°5

Vous avez maintenant eu le temps de cultiver votre motivation

et de découvrir et d’utiliser les 4 premières étapes de ces astuces.

Vous avez utilisé la pause haute énergie? Vous préférez les nouveaux départs  ou prendre un engagement?

Voici maintenant la dernière astuce de cette série motivation:

Voir la vie en couleur…. verte!

Nous associons certains éléments à certaines couleurs, les expressions: « tous les signaux sont au rouge », ou  « alerte rouge » en sont des exemples. Nous réagissons plus rapidement quand nous voyons une couleur. Le rouge est par exemple associé au danger et attire l’attention.

Et vous l’aurez deviné, la couleur qui éveille le plus notre énergie, notre motivation est le vert.

Des recherches ont montré que notre motivation est stimulée (retrouvez l’étude ici) si nous sommes entourés de vert. Cette couleur semble aussi avoir un effet sur notre créativité (lien vers l’étude)

Alors favorisez le vert dans toutes ses nuances, écrivez en vert, baladez-vous quelques instants dans un lieu où il y a des arbres, de la pelouse…. A vous d’être créatifs

 

[wysija_form id= »2″]

 

Vidéo: Méditation de pleine conscience et dépression, un rôle préventif dans les rechutes….

Si la méditation n’est pas à elle seule une thérapie, elle peut (et devrait) faire partie d’une approche pluridisciplinaire:

[wysija_form id= »2″]

Top 5 des astuces motivation: Jour 4

4ème étape de cette progression dans la « motivation »

Vous connaissez et appliquez (peut-être) maintenant les 3 premières méthodes pour devenir un(e) expert(e) dans la culture et l’épanouissement de votre motivation.

Si ce n’est déjà fait, vous pouvez mettre en place les premières étapes (pause haute énergie, nouveaux départs et nourrir sa motivation), il est vivement recommandé de prendre une semaine par élément pour vous l’approprier avant d’ajouter une nouvelle astuce. En suivant ce plan de progression, vous pourrez acquérir de nouveaux réflexes, de nouvelles manières de faire ou d’être qui resteront pérennes dans la durée. « Chi va piano va sano e va lontano »

Prenez un engagement

Et pas seulement avec vous-même. En prenant un engagement fort et ferme, vous allez pouvoir compenser ce que l’on appelle l’actualisation hyperbolique ou encore incohérence temporelle.

Pour simplifier, il s’agit de notre tendance naturelle à donner plus d’importance à des bénéfices à court terme en comparaison des bénéfices à long terme. Cela marche pour la finance mais aussi pour les éléments liés au plaisir au sens large. Par exemple, nous aurons plus tendance à choisir en VOD un film distrayant vite oublié qu’un film documentaire qui nous enrichira à plus long terme, ou nous nous tournerons plus facilement vers une pâtisserie que vers une salade de fruit….

incohérence temporelle

La zone bleue correspond à la période pendant laquelle nous vivions le bénéfice à court terme plus important que le bénéfice à long terme…. Même si nous savons qu’à long terme ce rapport va s’inverser. Nous sommes sensibles à cette zone bleue, plus ou moins selon les périodes de notre vie, plus ou moins aussi selon les sujets. Cette zone est celle sur laquelle influer pour travailler sa motivation et lutter contre la procrastination.

Prendre un engagement peut permettre de progresser….  en augmentant le différentiel à long terme, un engagement qui aie du sens est encore mieux. Cela peut être sous forme d’un « pari » entre amis avec une contrepartie en cas d’échec ou un engagement à l’aide d’un site comme Stickk.com malheureusement en anglais mais tout à fait compréhensible (si vous connaissez l’équivalent en français, merci de me transmettre le lien, je me ferai un plaisir de tester!).

Le principe est le suivant:

  • Vous allez rendre votre objectif plus concret en le rendant mesurable
  • Vous allez vous engager à un regard objectif sur la progression
  • Vous vous engagerez si vous le désirez à une contrepartie en cas d’échec ou de non respect de votre programme

Vous pouvez choisir de verser une contrepartie à une association, un ami, une cause ou aucune contrepartie.

Cette démarche vous permet d’augmenter votre motivation et de réussir plus aisément à tenir vos programmes

A vous d’essayer….

[wysija_form id= »2″]

 

 
%d blogueurs aiment cette page :
Apprivoistress StressTips

GRATUIT
VOIR